Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Entretien et exploitation du réseau

La conservation du patrimoine

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 octobre 2007 (modifié le 6 juin 2020)
Les chaussées d’une route constituent un patrimoine qui demande un entretien régulier pour qu’elle résiste à l’usure liée essentiellement au passage des poids lourds et aux dégâts causés par l’eau.

Pour qu’une chaussée résiste au passage du trafic, il est nécessaire que chacune des couches qui la compose conserve sa compacité.
L’eau, en s’infiltrant dans les couches va petit à petit affaiblir la structure de la chaussée ce qui va demander des travaux d’entretien de plus en plus coûteux.

opération de pontage sur l’autoroute A7

Une première mesure pour empêcher la pénétration de l’eau dans la chaussée est de favoriser l’écoulement des pluies vers le système d’assainissement constitué de fossés qui longe les routes, voire de bassins pour stocker ces eaux. Pour cela il convient de nettoyer périodiquement les caniveaux, les canalisations et les ouvrages hydrauliques qui dirigent l’eau vers les fossés.
Par ailleurs, les fossés et les bassins doivent être curés pour permettre l’écoulement et le stockage des eaux dans les mêmes conditions qu’à l’origine de leur création.

Une deuxième mesure consiste à assurer l’étanchéité de la couche de roulement pour éviter que l’eau ne parviennent jusqu’aux couches inférieures (couches de base, de fondation et de forme ; voir le schéma plus haut).

Pour ce faire on peut :

  • Boucher les fissures qui apparaissent dans la couche de roulement avec un mélange de bitume et de sable.
  • Reprofiler les chaussées déformées pour éviter que de l’eau ne stagne sur la chaussée.
  • Refaire tous les 10 à 15 ans les couches de roulement.

Si ces travaux ne sont pas réalisés à temps, il devient nécessaire de réaliser des travaux beaucoup plus importants pour venir réparer ou renforcer non seulement la couche de roulement mais également la couche de base voire une partie de la couche de fondation.
Ces travaux de grosses réparations sont beaucoup plus coûteux que la simple réfection de la couche de roulement.