Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Entretien et exploitation du réseau

Entretien des ouvrages d’art

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 octobre 2007 (modifié le 8 juin 2020)
Éléments familiers des paysages ruraux et urbains, les ponts, viaducs et les murs de soutènement (ouvrages d’art), qui, au-delà d’être des maillons essentiels du réseau de transport, sont souvent porteurs d’images et de symboles, sont aussi un facteur du développement économique. Ils représentent un fort enjeu.
 
Le terme "ouvrage d’art" renferme une diversité de formes et de structures, ils nécessitent un entretien suivi et une organisation de service spécifique.

Le patrimoine

Pont du Couleau (RN 94, dans le 05)

Le réseau de la DIR Méditerranée compte 956 ponts.
Le nombre de ponts non courants (68 viaducs supérieurs à 100 m) et leur localisation sur des axes à fort trafic et difficilement contournables par des déviations confèrent à ce patrimoine de très forts enjeux en termes techniques et de circulation.

Les murs de soutènement concernent près de 246 000 m². On les retrouve essentiellement dans les Alpes du Sud.

Enfin, on rencontre dans le patrimoine de la DIR Méditerranée, 10 tunnels ou tranchée couvertes.
Il s’agit notamment du tunnel autoroutier de Toulon, de la tranchée couverte de Montgenèvre et de la tranchée couverte des Tilleuls dans Marseille.

District Nombre Ponts Nombre Murs Nombre Tunnels et Tranchées Couvertes
Alpes du Sud 270 371 5
Rhône-Cévennes 428 214 0
Urbain 258 327 5
Total 956 912 10

Conservation du patrimoine

Ces ouvrages sont soumis à des sollicitations toujours croissantes, résultant de l’augmentation du trafic et des charges.
Divers phénomènes physico-chimiques de dégradation sont aussi enregistrés et s’ajoutent au cycle naturel du vieillissement des structures.
Les ouvrages d’art méritent donc une attention particulière visant, tout à la fois, à garantir la sécurité des usagers, et à veiller à la conservation à long terme des structures en développant des pratiques respectueuses de l’environnement.

La surveillance

La surveillance est destinée à tenir à jour une connaissance de l’état de chacun des ouvrages pour permettre d’effectuer en temps voulu les opérations d’entretien ou de remise en état nécessaires et, le cas échéant, de prendre les mesures de sécurité permettant de prévenir tous accidents résultant de la dégradation des ouvrages.

Elle consiste à suivre l’évolution d’un ouvrage à partir d’un état de référence et comporte :

  • Un contrôle annuel ;
  • Une visite d’évaluation grâce à l’opération Image Qualité des Ouvrages d’Art organisée tous les 3 ans ;
  • Une inspection détaillée périodique tout les 6 ans ;
  • Des actions particulières de surveillance ou une surveillance renforcée en fonction de l’état de l’ouvrage.

Tous les ouvrages doivent être entretenus

  • L’entretien courant demande des moyens légers en terme de matériel, de technicité et de coût.
    Exemple : nettoyage, élimination de la végétation néfaste aux structures.
  • L’entretien spécialisé concerne les opérations soit relevant de techniques spéciales (changement des joints de chaussée, remise en peinture …), soit nécessitant des moyens particuliers (mise en place d’enrochement, travaux immergés ….).
    Des défauts de l’entretien courant peuvent entraîner une dégradation d’un ouvrage qui devra alors faire l’objet de réparations beaucoup plus coûteuses.