Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Etudes et chantiers
 

La Mise en Sécurité de la Descente de Laffrey

UN DOUBLE IMPÉRATIF DE SÉCURITÉ

La rampe de Laffrey est un tronçon de la route nationale 85 dite « route Napoléon » qui relie Cannes à Grenoble.
Située dans le département de l’Isère, entre les communes de Laffrey et Vizille, la rampe est une route de type 2 x 1 voie longue de 6,5 km.

Plusieurs accidents, impliquant le plus souvent des cars dont les freins ont lâché, se sont produits au cours des dernières décennies.
En effet, plusieurs véhicules s’étant retrouvés en bas de la descente à des vitesses pouvant dépasser 100 km/h, ne sont pas parvenus à prendre le dernier virage avant le pont et se sont échoués sur les terrains situés en contrebas.
Ainsi, les accidents de cars de 1973 (car de pèlerins belges, 43 morts), 1975 (car de pèlerins français, 29 morts) et 2007 (car de pèlerins polonais, 26 morts) ont été les plus meurtriers.

De surcroît, la route située à flanc de falaise fait face à des phénomènes de chutes de blocs qui peuvent mettre en danger la sécurité des usagers.
Le dernier éboulement d’importance a eu lieu en janvier 2015, sans conséquences – fort heureusement – sur les usagers, mais causant la fermeture de la RN85 pendant plusieurs semaines.

L’objectif de mise en sécurité est donc double : d’une part, proposer un aménagement routier empêchant qu’un accident similaire à ceux observés ne se reproduise et, d’autre part, remédier au phénomène de chute de blocs de la falaise.

Consécutivement aux accidents des années 70, la descente a été interdite d’accès aux véhicules de plus de 7,5 tonnes et aux cars (par arrêtés préfectoraux de 1975 et 1979), sauf autorisation spéciale pour la desserte locale et régulière.
Toutefois, rien n’étant prévu pour empêcher physiquement cet accès aux véhicules non autorisés, de nombreuses infractions ont été constatées.

L’accident du car polonais du 22 juillet 2007 a marqué un tournant puisque l’État s’est aussitôt engagé à réaliser les travaux nécessaires pour que ne se reproduise plus un tel accident.

Dans cette optique, les travaux de mise en sécurité de la rampe ont été organisés en trois phases.