Internet DIR Méditerranée
 

Pont des Rouyes - RN 94 (Dpt 05)

 
 

Pont des Rouyes - Sécurisation de la RN94 face aux risques de laves torrentielles - l’Argentière-la- Bessée (Dpt 05)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 juillet 2022 (modifié le 30 août 2022)

1. Contexte de l’intervention

L’Argentière-la-Bessée et le Torrent des Rouyes


L’Argentière-la-Bessée est une commune des Hautes-Alpes, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Elle se situe à 70 km de Gap et à proximité de Briançon, tout près
de la frontière italienne.

Porte d’entrée du Parc des Ecrins, c’est une ville de plus de 2000 habitants, située aux confluents des vallées de la Durance, de la Gyronde et du Fournel, à 1000m d’altitude.

Elle est traversée par le Torrent des Rouyes qui se jette dans la Durance, en passant sous la route nationale RN 94.


Lors d’événements exceptionnels, le lit de ce petit cours d’eau peut faire l’objet de phénomènes de laves torrentielles.

Le phénomène des laves torrentielles dans la région

La commune est exposée à plusieurs risques naturels : lave torrentielle, mouvement de terrain, avalanche, crue torrentielle ou à montée rapide de cours d’eau, et est soumise à un plan de prévention de ces risques qui a été approuvé le 16 mars 2011.
Parmi ces aléas, le risque de laves torrentielles est identifié au niveau de plusieurs torrents présents sur la commune : torrent des Rouyes, torrent de Fournel, torrent du Riou Sec…

Qu’est-ce qu’une inondation … par lave torrentielle ?
Une inondation est une submersion plus ou moins rapide d’une zone en principe hors d’eau. Elle est due à une augmentation du débit d’un cours d’eau, provoquée par des pluies importantes et durables.
Néanmoins, le contexte géologique de la région aggrave ce phénomène physique : à l’ère quaternaire, le Briançonnais était fait de glaciers qui, en se déplaçant, ont
arraché et transporté blocs, galets, sable, fines poussières argileuses, formant ainsi des moraines.
Lors des fortes précipitations, les particules fines contenues dans ces moraines se mélangent avec l’eau, formant alors une boue semi-liquide appelée « lave torrentielle ». Cette lave charrie des matériaux dont la densité peut approcher celle des rochers.



Bassin versant du Torrent des Rouyes – Photo RTM 23/10/2014

Ces phénomènes d’inondation par lave torrentielle ont des conséquences très
importantes sur leur environnement, les habitations et les équipements publics, comme ce fut le cas lors de la mémorable crue du Fournel en 1928.

Crue du Torrent du Rabioux, sous la RN 94, en 1928

Crue du Torrent de Bouchouse, sous la RN 94, en 1973

2. La mise en sécurité du Pont des Rouyes et de la RN 94

Des travaux à plus grande échelle sur une partie de la RN 94

La route nationale 94 constitue le principal axe structurant EST-OUEST du département des Hautes-Alpes et permet de relier les deux pôles d’attractivité que sont Gap et Briançon.
Elle permet également l’accès à la frontière italienne au droit du col de Montgenèvre.
Une opération plus globale, dite de la Traversée de l’Argentière-la Bessée, a été menée depuis plusieurs années avec pour objectifs d’une part, l’amélioration de la sécurité de l’itinéraire et, d’autre part, la valorisation du patrimoine sur une section de deux kilomètres de la route nationale.
L’opération comprend des travaux de chaussée, le réaménagement complet de deux carrefours, la création de cheminements piétons en bord de voie, la mise en place d’éclairage public, d’aménagements paysagers, la reconstruction d’un ouvrage (le Pont des Rouyes) et le recalibrage du torrent du même nom qu’il franchit.

Ces travaux ont à présent été réalisés, à l’exception du passage de l’étroit pour lequel des acquisitions foncières sont encore nécessaires et de ceux inclus dans le périmètre immédiat de l’ouvrage des Rouyes, puisqu’impactés par les futurs travaux.
Les présents travaux du Pont des Rouyes traitent uniquement de la sécurisation de la RN94 face au phénomène de laves torrentielles.

Les travaux du Pont des Rouyes

Aujourd’hui, la dimension du pont – qui permet le passage du torrent sous la route
nationale – et la configuration du lit du torrent font obstacle à l’évacuation de ces laves qui débordent et provoquent des inondations.

Entrée et sortie du passage busé permettant le ruissellement du Torrent des Rouyes et supportant la RN 94 – Photo RTM 13/06/2018

Le torrent des Rouyes menace donc l’exploitation de la route nationale 94 – principale liaison routière entre Briançon et Gap – ainsi qu’une partie des bâtiments situés à proximité.
Dès lors, pour remédier à cette situation, les travaux prévoient :
• de démolir l’ouvrage actuel ;
• d’approfondir le lit du ruisseau jusqu’à l’embouchure de la Durance ;
• de reconstruire le pont avec un gabarit plus important (6 mètres d’ouverture) ;
• de mettre en place des protections des berges par parois clouées en amont et en aval (endiguement amont et aval).

Exemple de paroi clouée : en béton projeté, armée d’un treillis et ancrée dans le sol par des clous disposés subhorizontalement, elle a pour fonction de stabiliser les terres.

Cet aménagement permettra d’accélérer les écoulements et d’éviter le comblement et les débordements du cours d’eau lors de ces évènements exceptionnels.

Etendue des travaux : sur l’ouvrage, en amont de celui-ci et en aval ( jusqu’à la Durance).

Financement des travaux
Les travaux coûtent 2,5 millions d’euros, financés à parts égales par la
région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’État dans le cadre du contrat de plan État-Région.
C’est la Direction Interdépartementale des Routes Méditerranée (DIRMED), service de l’État / Ministère de la Transition Écologique, qui exploite au quotidien la RN 94 et est maître d’ouvrage de cette opération.
En outre, le marché passé pour ces travaux intègre des clauses sociales qui ont vocation à faciliter l’emploi de personnes éloignées du monde du travail (chômeurs de longue durée, allocataires du RSA, personnes en situation de handicap, etc.), avec un minima de 1790 heures de travail à réaliser.


3. L’impact des travaux sur la circulation

Le calendrier prévisionnel

Les travaux débuteront en septembre 2021 et s’achèveront fin 2022.

  • PHASE 1 : Fin Août - Décembre 2021
    Endiguement aval partie haute
    Déviation des réseaux
    Préparation de la déviation provisoire de la RN94 localement au droit des travaux
  • PHASE 2 : Mars-Juillet 2022
    Mise en service de la déviation provisoire
    Déconstruction de l’ouvrage actuel et construction du nouvel ouvrage
    Mise en service de l’ouvrage et fin de la déviation provisoire
  • PHASE 3 : Juillet-décembre 2022
    Endiguement amont et finalisation de l’endiguement aval
    Travaux de chaussée et finitions
    Fin des travaux

Les mesures d’exploitation de la RN 94

La circulation de la RN 94 restera ouverte à la circulation pendant la durée des travaux,avec une déviation provisoire durant la période de construction de l’ouvrage.

Plusieurs modes d’exploitation sont prévus en fonction des phases de travaux :

Phases de travaux Modes d’exploitation envisagés
PHASE 1 : Fin Août - Décembre 2021 - Circulation à double sens
- Alternats limités selon phase de travaux
PHASE 2 : Mars-Juillet 2022 Circulation par la déviation provisoire avec alternat
PHASE 3 : Juillet-décembre 2022 - Circulation à double sens
- Alternats limités selon phase de travaux

Durant les travaux, la vitesse de circulation sera réduite à 30 km/h autour du chantier.