Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Etudes et chantiers

Création d’une Voie Réservée aux Transports en Commun (VRTC) sur l’A502

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 mai 2020 (modifié le 3 juin 2020)

En 2019, le SIR de Mende-Montpellier a assuré la maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre des études avant projet (AVP) et projet (PRO) de création d’une VRTC sur l’A502, contribuant ainsi au développement de ces nouveaux aménagements sur les autoroutes marseillaises.

• Contexte

La mobilité sur l’aire métropolitaine Aix-Marseille-Provence, multipolaire, est très majoritairement dépendante de l’automobile. Face à des besoins en mobilité de plus en plus prégnants, l’aménagement de voies réservées aux transports en commun (VRTC) sur autoroute, apporte une solution plus rapide et moins coûteuse qu’un élargissement, en optimisant le système de transport et en diminuant ainsi le trafic et l’impact environnemental.

Une enveloppe de 30M€, cofinancée à parts égales entre l’État, la Région PACA, le Département des Bouches-du-Rhône et la Métropole Aix-Marseille-Provence, a donc été inscrite au Contrat de Plan État-Région 2015-2020 pour la réalisation d’aménagements destinés à la priorisation des bus sur les principaux corridors métropolitains (Aix-Marseille, Vitrolles-Marseille et Aubagne-Marseille).

Le développement de ces voies réservées est l’un des axes du Schéma Directeur de la Gestion du Trafic (SDAGT) des autoroutes et voies rapides à l’échelle de l’agglomération marseillaise réalisé par la DIRMED.

• La mission du SIR2M

En début d’année 2019, la DIR Méditerranée confie la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre des études au SIR de Mende-Montpellier et lui commande l’élaboration du dossier d’avant-projet (AVP) pour le secteur de l’A502. L’étude d’opportunité du Cerema réalisée en 2018 prévoit ainsi la mise en place d’une VRTC sur les 1,6 km d’autoroute existante dans le sens Marseille - Aubagne. Après analyse de la congestion récurrente, du trafic de transports en commun concerné (50 TC par jour) et compte tenu de la présence de l’ouvrage de franchissement de l’A52, le besoin est ré-évalué aux 600 derniers mètres de voie réservée entre la sortie de l’ouvrage d’art et le giratoire de fin d’autoroute (PR 1 + 000 au PR 1 + 620).

L’Instruction Technique (IT) relative aux modalités d’élaboration des opérations d’investissement sur le réseau routier national prévoit une évaluation a priori des projets VRTC, qui correspond à une étude socio-économique du gain de temps de parcours offert par le projet. L’étude d’opportunité du Cerema donne l’essentiel de ces éléments, qui ont été complétés par quelques données de trafic supplémentaires dans l’AVP. Cette étude conclut à un ratio avantages/coût de 6,3 % au-dessus du seuil d’acceptabilité de 4 %.

• Les variantes étudiées

Le dossier d’AVP livré en juin 2019 étudie trois variantes :
• Variante 1 : utilisation d’une voie existante (voie lente ou voie rapide) ;
• Variante 2 : VRTC sur BAU et élargissement de la plateforme routière par le TPC ;
• Variante 3 : VRTC sur BAU et élargissement de la plateforme routière par l’accotement.

La variante 1 n’est pas retenue car la réservation d’une voie dédiée aux TC a pour conséquence de faire remonter la congestion en amont sur l’A50. La variante 3 est plus coûteuse et nécessite la mise en œuvre d’un caniveau à fente en accotement qui dégrade les conditions d’entretien.
La variante 2 est la solution retenue. En plan, la VRTC est en lieu et place de la voie lente existante, elle prend fin après le biseau de rabattement de 2 à 1 voie, à 60m du giratoire pour garantir le stockage nécessaire.

Cliquez dessus pour agrandir
En travers, elle prévoit une structure de chaussée sur l’ensemble du terre plein central (TPC) existant, les deux sens de circulation ne seront plus séparés que par une glissière en béton armée (DBA). Cet élargissement permet de dégager le profil en travers suivant : BDG 0,75m, Voie Rapide 3,25m, Voie Lente 3,50m, Voie Réservée 3,50m, BAU 2,25m. À la demande de l’exploitant, un séparateur modulaire de voie (SMV) sur la BAU actuelle a été ajouté de manière à ce que la VRTC soit bordée d’une BDD de 0,50m réglementaire, afin que les usagers ne soient pas tentés d’aller circuler sur l’espace de 2,25m de large. Cette variante a l’avantage d’être compatible, moyennant la dépose de ce SMV, avec une évolution ultérieure vers une VR2+ à gauche le cas échéant.

Cliquez dessus pour agrandir
Cet AVP a fait l’objet d’un contrôle extérieur du SIR13 et d’un avis favorable de l’inspecteur général des routes (IGR). Le contrôle extérieur propose une variante 4, intermédiaire entre la 2 et la 3, qui consiste à élargir la plateforme routière à la fois par le TPC et par l’accotement. Cette solution a été étudiée dans le cadre d’un AVP modificatif livré fin septembre 2019, mais finalement non retenue, car plus onéreuse compte tenu des contraintes d’exploitation sous chantier et parce qu’elle ne permettait pas l’évolution à terme vers une VR2+.

Le dossier projet (PRO) a été finalisé par le SIR2M début octobre 2019. Il a essentiellement consisté à affiner les dispositions d’exploitation sous chantier avec l’aide de l’exploitant DIRMED et de l’entreprise Colas, titulaire du marché à bon de commande d’entretien courant utilisé pour la réalisation de ces travaux. Ils pourront se faire principalement de jour, moyennant la neutralisation de la voie rapide dans le sens de circulation Aubagne – Marseille.

La décision ministérielle d’approbation de l’avant-projet a été prise le 4 novembre 2019 par la Direction des Infrastructures de Transport (DIT), validant le budget de l’opération à 615k€ ttc. L’approbation locale du dossier projet a été obtenue le 13/01/2020 après avis conforme de la MARRN.

• Une VRTC mise en service en 2020

La direction des travaux (DET et AOR) sera assuré par le SIR13, la préparation aura lieu au 1er trimestre 2020 et la réalisation au 2ème trimestre 2020.

• Et la suite ?

Dans le cadre du programme VRTC du CPER, plusieurs autres secteurs seront aménagés entre 2020 et 2022, afin de porter le linéaire aménagé de 10km à 30km.