Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Etudes et chantiers
 

Contexte de l’opération

La RN85, un axe majeur pour la vie du territoire


La RN85 relie Grenoble à Gap et permet la liaison entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud. Elle relie les autoroutes A480 (sud de Grenoble) et A51 (sud de Gap).

Étendue sur 109 km, elle traverse les départements de l’Isère et des Hautes-Alpes.


Elle assure également une fonction locale en connectant la vallée du Valgaudemar, au cœur du massif des Écrins, avec son chef-lieu de canton et siège de la Communauté de Communes, Saint Bonnet-en Champsaur et le reste du département.

Elle est empruntée par plus de 6000 véhicules par jour en moyenne et bien plus lors des pics saisonniers.

Un pont centenaire

La RN85 franchit la rivière la Séveraisse, un affluent du Drac, par le Pont des Richards, entre les communes de Saint-Firmin et d’Aubessagne.

Ce pont a été construit en 1925. Il s’agit d’un pont à deux arches, en béton armé, et d’une seule travée pour ne pas limiter le débit de la rivière en période de crue.
Comme tous les ponts du réseau national, ce pont fait l’objet d’une surveillance continue et de visites périodiques.
Dans cette perspective, les dégradations qu’il subit du fait des intempéries et de la circulation des poids lourds ont été rapidement décelées et les services gestionnaires ont immédiatement réagi.

Entre 1974 et 2009, plusieurs opérations de réparations de la surface du béton ont été entreprises pour éviter la corrosion des aciers. D’importants travaux de confortement structurels ont eu lieu en 2009, suivis d’interventions régulières ponctuelles jusqu’en 2014. Ces différentes opérations n’ont pas suffi à arrêter la fragilisation du pont.
En 2016, une mission de contrôle du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) a recommandé la réduction du niveau de service du pont et le remplacement total de l’ouvrage à court terme.
La visite d’experts de 2016 conclut à la nécessité de remplacer le pont.

La Direction Interdépartementale des Routes de la Méditerranée (DIRMED) a rapidement mené des études et examiné plusieurs scénarios possibles pour reconstruire l’ouvrage.

Depuis le mois de juillet 2019, des mesures d’exploitation ont été prises pour assurer la sécurité des usagers et pérenniser l’ouvrage le temps de la construction d’un nouveau pont.
La largeur des voies a été réduite et un alternat a été mis en place, complété par une distance minimale imposée entre les véhicules pour empêcher la présence simultanée de deux poids-lourds sur le pont.